Grève indéfinie des éboueurs à Paris

Institutions
Institutions | 17 Nov 2020

Grève indéfinie des éboueurs à Paris

Alors que la crise sanitaire nous amène dans une situation déjà délicate, il faut savoir que certains secteurs professionnels s'exposent plus que d'autres à des risques majeurs. C'est ce qui est constaté du côté des éboueurs et des égoutiers qui se sont mis en grève de façon illimitée. Voici plus amples informations sur le sujet qui fait déjà parler depuis le début de la grève.

Paris : grève des éboueurs et des égoutiers

Depuis le 17 novembre 2020 autrement dit depuis aujourdhui si vous vivez à Paris vous avez sûrement remarqué que les poubelles n'avaient pas été collectées, n’est-ce pas ? C’est normal puisque les éboueurs sont actuellement en grève et pour savoir quel est le but de cette action, il vous suffit de poursuivre votre lecture. Nous vous précisons que les informations que nous vous divulguons proviennent du média Le Point ainsi que du journal Le Parisien.

La grève qui sévit actuellement concerne deux corps de métier, les éboueurs qui collectent vos poubelles et les égoutiers, participant à l’entretien des réseaux de canalisation, pour leur bon fonctionnement. Que se passe-t-il ? Globalement il faut savoir que depuis le début de la crise sanitaire, les professionnels ne se sentent pas protégés et dénoncent les conditions sanitaires qui ne sont pas adaptées, face aux besoins de leur profession.

Les travailleurs soutenus par la CGT notamment revendiquent également le retour d’une prime qui avait été mise en place pendant le premier confinement. Pourquoi celle-ci est retirée ? C’est principalement pour ces raisons que les éboueurs et que les égoutiers ont décidé de taper un grand coup et de faire grève. Il est certain qu’en pleine crise sanitaire à Paris, le fait de laisser les poubelles dehors peut rapidement faire évoluer la situation sanitaire.

Les Parisiens ont eu la surprise de constater que certaines rues sont littéralement encombrées par les poubelles. Pourtant les professionnels ont peur de travailler dans de telles conditions, les éboueurs mettent en avant le fait que les combinaisons qui étaient adaptées à la vie avant le covid-19 ne le sont plus désormais. C’est exactement la même chose pour les égoutiers qui passent la plupart de leur temps sous terre, afin que chaque Parisien puisse bénéficier d’un réseau de canalisations parfaitement entretenu.

Des professionnels en colère !

Outre les conditions de travail non adaptés au covid-19 et une prime supprimée, les éboueurs et les égoutiers dénoncent une hausse des cas de covid-19 auprès de leurs collègues et estiment que rien n’est fait pour sécuriser les intervenants. Les éboueurs se sentent mis de côté et c’est également ce même sentiment qui est partagé par les égoutiers. Pourtant la municipalité de Paris affirme que les professionnels concernés bénéficient du « plus haut nveau de sécurité ».

Alors pourquoi la ville de Paris ne veut pas transmettre d’informations notamment sur les cas contacts, auprès des éboueurs et des égoutiers ? C’est également pour cette raison que les professionnels qui sont actuellement en grève souhaitent faire bouger les choses et pour ce faire, autant le dire tout de suite ils sont déterminés à obtenir des améliorations. C’est pour cela que la grève actuelle est indéfinie, malgré que la municipalité ait expliqué que la grève actuelle n’était pas « un sujet en soi ».

Rappelons que la plupart des rues parisiennes bénéficient du service d’agents qui dépendent directement de la municipalité, parmi eux les éboueurs et les égoutiers. Bien entendu, afin de collecter les ordures, on estime qu’une dizaine d'entreprises privées complétement les équipes, mais à terme si la grève perdure, la présence des déchets dans les rues de Paris causera un véritable problème sanitaire au sein d’une période déjà bien compliquée. En effet sans vouloir être alarmiste cette situation qui est déjà délicate hors covid-19, pourra avoir de graves conséquences en pleine crise sanitaire.

Pour accéder à l’¡article du journal Le Point c’est par ici.

Plus de nouvelles